ClasseMini
Logo Youtube
logo classe mini

[Mini en Mai] Damien Cloarec vainqueur en Série, le podium Série dans un mouchoir de poche

Communiqué de presse de la SNT

- Après l'arrivée du vainqueur en proto, Giancarlo Pedote, les arrivées se sont succédées dans la nuit trinitaine
- Le podium en Série et en Proto
- Réactions des skippers à leurs arrivées
- Retour sur la course
- Ordre d'arrivée

Jonas, Damien et Henri... le podium Série
Jonas, Damien et Henri... le podium Série


Damien Cloarec (www.damien-cloarec.fr - 833) a coupé la ligne en vainqueur, en bateaux de série, 14 minutes devant son dauphin Jonas Gerkens (Netwerk - 821) et 53 minutes devant le 3è, Henri Marcelet (Yakamoz – 737). Depuis le départ 60 heures plus tôt, ils ne se sont pas lâchés, c’est dire si la bataille fut âpre et intense ! A leur arrivée, ils ne cachaient pas leur plaisir d’avoir bataillé à vue de bout en bout et leur satisfaction d’avoir testé leurs bateaux dans des conditions météo rudes, avec un vent forcissant parfois jusqu'à 50 nœuds dans les grains orageux.

 

Chez les Protos, Jean-Baptiste Daramy (Eki Haizea – 814) a coupé la ligne 3h30 après le vainqueur, Giancarlo Pedote. Le 3è, l’espagnol Fidel Turienzo (Satanas – 304) est arrivé plus de 8 heures derrière, mais il signe là une belle performance pour sa toute première course en solitaire et sa deuxième sur le circuit Mini : prometteur.

 

Baptême du feu

Pour sa première édition, la Mini en Mai a donné du fil à retordre aux organisateurs et aux skippers. La grande boucle de 500 milles initialement prévue entre la Trinité-sur-mer, la mer d’Iroise, l’estuaire de la Gironde et la baie de Quiberon a du être réduite compte-tenu de conditions météo difficiles.  Un parcour de 336 milles a été mis en place entre les Glénan et  l'île de Ré.

Après une première nuit de petit temps où les régatiers ont passé beaucoup de temps aux réglages fins, la deuxième partie du parcours s'est disputée dans des conditions météo rudes : ténacité, endurance et bonne préparation technique furent notamment les clés du succès des deux vainqueurs : Giancarlo Pedote en Proto et Damien Cloarec en Série.

 

Une course test

Parmi les 37 concurrents au départ, 10 Proto et 27 Série, dont une bonne partie de bizuths et d'amateurs qui font la richesse de ce circuit, 24 ont abandonné pour des raisons techniques et physiques d'abord mais aussi pour éviter les conditions météo très musclées annoncées. Des choix aussi raisonnables que respectables.

 

Coup dur

Coup très dur pour Patrick Girod (Nescens) qui, après avoir réalisé une très belle course, et alors qu'il était à quelques mètres de la ligne d'arrivée, en 3e position des bateaux de série, sur une petite erreur d'appréciation (une confusion entre le projecteur du bateau comité et une cardinale), le skipper suisse s'est mis sur les cailloux à l'entrée de l'étroite rivière de la Trinité-sur-mer. Son bateau a perdu son bulbe puis sa quille. Ce triste accident ne doit cependant pas masquer la très belle performance de ce jeune régatier qui a réussi à accrocher le sillage de coureurs au large aguerris dans des conditions météo très rudes.

 

Yves le Blevec, directeur de course :

« Le parcours de cette course est un tracé qui demande de l’engagement : 500 milles entre Ouessant et l’île de Ré, c’est du large, avec beaucoup de transitions, c’est une épreuve qui est difficile. 

Avec des conditions météo dures et un parcours réduit, c’est resté une course engagée. Je suis content de la façon dont cela s’est déroulé, de la relation avec les coureurs et avec les autorités. Ca a été un moment très intense, une expérience riche. 

Il y a eu beaucoup d’abandons et c’est logique, une bonne partie de la flotte est constituée de gens qui régatent pour leur plaisir, là nous savions que ce ne serait pas du tout une partie de plaisir : ils ont eu raison d’arrêter à Belle Ile. C’est tout à fait normal et légitime. 

L’autre partie de la flotte, ce sont des coureurs qui sont là pour faire de la course au large. Ceux qui n’ont pas cassé ou eu des pépins physiques sont heureux d’avoir bouclé ce parcours, tous affirment avoir appris beaucoup de choses.  C’est aussi une épreuve qualificative ... les conditions qu’ils ont rencontrées ici, ils sont susceptibles de les retrouver au large.

Je tiens à remercier pour leur confiance et leur soutien, la SNT, la Classe Mini et particulièrement les coureurs qui ont abandonné et qui se sont engagés pour le collectif. Nikki et Jeremy pour le pointage à l'île de Ré, et tous ceux qui ont permis de redresser le bateau de Patrick."

 

Mots de ponton 

Jean-Baptiste Daramy (Eki Haizea – 814) 2e Proto : « Tant que j’étais sur le bateau, ça allait, mais là depuis que je suis à terre c’est comme si j’avais pris un coup de barre à mine sur la tête ! Je suis moulu !

C’était vraiment fort, surtout sur la fin, il y avait 40 à 45 nœuds dans les claques, avec des vagues qui déferlaient… En ayant beaucoup de vitesse, ça allait. C’était un peu inquiétant quand même, mais ça va. Au passage de l’île de Ré ça allait, on était au portant, la mer était plate, ça glissait bien.

Le format de cette course est très sympa. C’est dommage que nous n’ayons pas pu faire le grand tour, mais là, ce n’était pas possible, les bonnes décisions ont été prises. 

Nous ne sommes pas très nombreux en prototypes, donc mon objectif maintenant est de terminer le moins loin possible de Giancarlo ! J’avais 8h de retard sur lui à La Pornichet Select 6.50, là 3h30… ça progresse ! Et puis lui c’est son métier, moi c’est mon loisir. »

 

Fidel Turienzo Fuente (Satanas – 304), 3e Proto : « C’était ma première course en solo, ma 2e en Mini, c’est ma première année sur le circuit, je venais pour me qualifier pour Les Sables-Les Açores-Les Sables : une 3e place c’est très très bon ! Et je suis super content d’avoir pu finir la course dans ces conditions. C’était vraiment très dur, le vent était super fort.

Je pense que le parcours côtier en Baie de Quiberon était important pour la hiérarchie de la course, j’ai bien régaté, j’étais dans les trois premiers. Ensuite, en observant les nuages, on savait dès le premier soir, qu’on allait avoir du vent … c’était beaucoup de conduite, difficile. Mais voilà, c’est fait et je suis vraiment très très content d’avoir fini la course et en plus sur le podium ! »

   

Damien Cloarec (www.damien-cloarec.fr) vainqueur en Série : « Ca a été serré tout le temps, on a fait toute la course à vue. Sur la fin, mon pilote est tombé en rade, j’ai fait les 30 derniers milles à la barre, j’ai eu des hallucinations comme jamais : mon bateau me parlait il me disait, « à droite, à gauche… » et il me faisait des sourires ! On a eu des conditions super fortes : jusqu’à 50 nœuds dans les grains orageux. Toute la remontée, il y avait 25 – 30 nœuds établis et des rafales à 40 – 45 nœuds : on a pris cher ! Mais c’est un bon test pour le bateau et pour moi, mon poignet a tenu, c’est une bonne nouvelle. On a fait une super belle bagarre à 4 bateaux ! Une moiti&eacut e; du parcours a été hyper costaud, mais la première moitié était bien tactique, il fallait attaquer au bon moment. »

 

Jonas Gerkens (Netwerk - 821) 2e Série : « C’était bien costaud ! 30 – 35 nœuds en Mini c’est très impressionnant, surtout au travers comme ce fut le cas pendant toute la remontée, tu te prends des paquets de mer sur le pont en permanence qui sont de véritables uppercuts ! Mais c’était une chouette bataille avec Damien, on était à vue tout le temps : on a passé la porte de Belle Ile en même temps, à Ré on était 4 bateaux. Ensuite, sur le grand bord de reaching, les papys ont réussi à faire la différence sur es petits jeunes ! Damien a très bien navigué, il connaît bien son bateau, moi je découvre le mien (Jonas vient de passer du Pogo 2 au Nacira). C’était un bon test grandeur nature. A la fin, pour tenir, tu dois débra ncher quelques câbles au cerveau pou  r tirer sur la machine sans trop réfléchir…  Après une année 2013 compliquée, ça fait du bien de faire une belle course et une belle place ! »

 

Patrick Girod (Nescens), abd en Série : « L’atterrissage n’est pas facile, au propre comme au figuré. Ça remet vite les idées en place un coup pareil, trop vite… Je ne suis pas parti en pleine forme et les incertitudes par rapport à la météo ne m’ont pas permis d’être dans un super état d’esprit. Même au passage de Belle Ile, je n’ai pas pu avoir de bulletin précis pour le parcours sur lequel nous partions. Mais jusqu’à Ré, ça allait, j’ai pu me reposer un peu. C’est sur le retour que ça a commencé à être difficile. La mer était tellement dure que ça m’a usé. Et à l’arrivée, j’avais pourtant rentré tous mes waypoint, quand j’ai vu ce feu (qui était en fait le projecteur du bateau co mité) j’ai cru que c’était une cardinale et je me suis échoué.

C’est un apprentissage, je suis un régatier, pas encore un marin. J’ai pensé m’arrêter pendant la remontée, ça m’a effleuré l’esprit, mais je me suis dit que ce serait encore plus dur à vivre de s’arrêter dans un port et de lâcher la course… Et puis j’ai pu prendre le bulletin météo de l’île d’Yeu qui m’a redonné confiance, la mer s’est un peu calmée et voilà…

Je vais d’abord aller remercier toutes les personnes qui m’ont aidé pour mon bateau et puis on verra. Mais cela ne remet pas en cause ma volonté de continuer la course au large. »


PROTO

1. Giancarlo Pedote (Prysmian -747) à 17h 04m 40s le 22 mai

2. Jean-Baptiste Daramy (Eki Haizea – 814) à 20h 28m 06s le 22 mai

3. Fidel Turienzo (Satanas - 304 à 1h 30m 15s le 23 mai

4. Laurent Mechin (Micro Vitae – 667) à 2h 10m 57s le 23 mai

5. Olivier Jehl (Zigoneshi -629) à 3h 30m 37s le 23 mai

 

SERIE

1. Damien Cloarec (www.damien-cloarec.fr - 833) à 1h 52m 44s le 23 mai

2. Jonas Gerkens (Netwerk – 821) à 2h 06m 37s le 23 mai

3. Henri Marcelet (Yakamoz -737) à 2h 45m 25s le 23 mai

4. François Jambou (Berra Marine Service – 552) à 5h 57m 23s le 23 mai

5. Andrea Fornaro (Sideral - 857) à 7h 14m 50s le 23 mai

6. Simon Brunisholz (Mini Lab - 796) à 8h 35m 47s le 23 mai

7. Yann Claverie (Map Product - 579) à 9h 42m 50s le 23 mai


Mentions légales                     ©2009-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes intéractives                     fil-rss